LMSSVIM | Chapitre 19: Ne vous approchez pas de moi…

« Je ne me laisserais pas faire, quiconque vous pouvez être.”

La beauté avait l’air pâle et elle tenait à peine debout. Elle s’était déjà effondrée avant même qu’elle n’ait fini de le dire.

« Hé, Tu vas bien ? »
« Ne vous approchez pas de moi… « .

La laisser telle quelle me laisserait un mauvais arrière-goût. Nous sommes dans un endroit isolé du château donc je suppose qu’elle n’est qu’une servante, et qu’elle n’a donc surement pas de quoi se payer un guérisseur.

« … … Voyons … Soin. »

C’est surement un signe que nous nous rencontrons, donc je lui lance tout de même un soin.

« … … huh ? »

Son teint s’améliore lentement et sa santé semble revenir peu à peu. Elle se relève doucement.

« V-vous .. c’est vous qui avez fait ça … »?  »
« Hm? Oui c’est bien moi qui viens de te guérir … Ah, je n’ai besoin d’aucun paiement, d’accord ?  »

Ce sera dangereux si je reste ici trop longtemps, donc je commence à me diriger vers la sortie.

« Bien, je pars a prése – »
« At-Attendez s’il vous plaît !! Um .. Pourriez-vous soigner ma mère également… ?  »

Il semblerait que sa mère ait aussi contracté la maladie. C’est surement la femme qui dort sur le lit un peu plus loin.

« Soin. »

J’ai donc également soigné la mère. Son teint s’est amélioré et sa respiration irrégulière a disparu.

« U-um! Prenez ça…. »

Quand j’allais partir, la beauté m’a remis une sorte d’objet. En regardant attentivement, ça ressemble aux boucles d’oreille qu’elle portait.

« C’est….? »
« C’est quelque chose qui a été transmis dans ma famille depuis des générations. Je vous le donne en espérant vous revoir un jour. Cela peut servir de paiement pour le traitement …  »
« Je vois … Dans ce cas, je devrais l’accepter. Bien, je vais partir maintenant. »

En tout cas, c’est une belle boucle d’oreille. Comment une servante pourrait-elle avoir un tel bijou ? Je me le demande…

Je sors de la pièce et je me remets à la cherche de la chambre du Saint. Cependant, je n’ai finalement pas réussi à la trouver, peu importe combien de temps je passe à la chercher, et avec le nombre grandissant de gardes qui me poursuivent, j’ai finalement décidé de retourner à l’auberge.

« *Soupir*, j’ai réussi à me faufiler dans le château, mais finalement je n’ai pu soigner que deux servantes…  »

Avec de lourds pas, je suis retourné à l’auberge.

 

Chap 18SommaireChap 20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s